...
loader image
L'Arrosage de la Monstera Variegata

L’Arrosage de La Monstera Variegata

Nov 3, 2023 | Entretien, Monstera | 0 commentaires

Par Caroline de Monstera

L’art de prendre soin des plantes d’intérieur peut sembler simple, mais il repose sur une série de pratiques et de principes essentiels pour garantir la santé et la prospérité de vos végétaux. L’un de ces principes fondamentaux est de savoir quand et combien arroser, et l’une des clés pour y parvenir réside dans la notion de laisser sécher le terreau en pot avant d’arroser. C’est une notion qui s’applique à toutes nos plantes d’intérieur. 

Cette règle repose sur une compréhension profonde du fonctionnement des racines des plantes. Lorsque nous prenons soin de nos plantes, il est naturel de vouloir les chouchouter en leur fournissant de l’eau régulièrement. Cependant, trop d’arrosage peut être tout aussi préjudiciable que trop peu. 

J’exclue ici la culture hydroponique, qui est une méthode différente de la culture en terreau classique. Oui, il est important de laisser sécher le terreau entre les deux  arrosages des plantes cultivées en pot pour plusieurs raisons essentielles :

Tout d’abord, on doit comprendre pourquoi il faut laisser sécher le terreau

1. Prévention de la pourriture des racines due à un arrosage excessif :

L’arrosage de la Monstera Variegata excessif peut entraîner une sur-imprégnation du sol, où l’eau chasse l’air du substrat. Les racines ont besoin d’oxygène pour fonctionner correctement. Oui, les racines ont besoin de respirer, tout comme son feuillage.  Un sol constamment gorgé d’eau peut priver les racines d’oxygène, ce qui peut être dommageable pour la plante.

 

Dans le terreau, les racines absorbantes non seulement de l’eau, mais aussi des nutriments minéraux dissous dans l’eau du sol. Pour effectuer cette absorption, les cellules racinaires utilisent des mécanismes de transport actif qui précèdent de l’énergie. L’oxygène est essentiel à ces processus d’absorption.

 

De nombreux processus métaboliques dans les cellules racinaires dépendent de l’oxygène. L’absence d’oxygène peut perturber ces processus et entraîner des dysfonctionnements au niveau cellulaire, ce qui nuit à la croissance et à la santé de la plante.

Deuxièmement, lorsque le terreau reste constamment humide, il crée un environnement propice au développement de champignons pathogènes et de bactéries qui peuvent attaquer les racines de la plante. Parmi ces agents pathogènes, on trouve notamment les bactéries anaérobies. Ce sont des micro-organismes qui se multiplient rapidement en l’absence d’oxygène et qui peuvent dégrader les substances organiques présentes dans un milieu peu oxygéné, notamment les racines.

En laissant le terreau sécher légèrement entre les arrosages, on régule les conditions bactériennes du substrat et on réduit considérablement le risque de pourriture des racines.

2. Favoriser un bon développement des racines grâce à « Hydrotropisme »:

Lorsque le terreau commence à sécher peu à peu, les racines des plantes ont besoin de s’étendre à la recherche d’eau par le phénomène qui s’appelle « Hydrotropisme ». Cela encourage le développement racinaire en lui créant un « stresse » positif, ce qui est essentiel pour une croissance vigoureuse de la plante dans son ensemble.  C’est un axe de temps court mais qui est très important pour le développement des racines.

 Cependant, il est également essentiel de ne pas laisser sécher le sol pendant trop longtemps, car un assèchement excessif risquerait de déshydrater complètement les racines.

Une fois que la Monstera est ré-arrosée à temps, son système racinaire s’est déjà développé de manière significative, lui permettant d’absorber davantage de nutriments pour nourrir ses feuilles. C’est pourquoi il est fréquent d’observer l’apparition d’une nouvelle feuille peu de temps après l’arrosage.

En respectant soigneusement le cycle de séchage, nous favorisons le développement de son système racinaire lorsque nous laissons le terreau sécher, puis nous stimulons la croissance de son feuillage en ré-arrosant. Cet équilibre subtil est essentiel pour maintenir notre Monstera en pleine santé et favoriser sa prospérité.

3. Éviter les carences nutritionnelles:

Les excès d’eau peuvent entraîner le lessivage des éléments nutritifs du terreau, les rendant moins accessibles aux racines de la plante. En laissant le terreau sécher entre les arrosages, on contribue à maintenir une concentration adéquate d’éléments nutritifs dans le substrat. C’est pourquoi je préfère éviter d’arroser mes Monstera sous un jet d’eau direct et je préfère plutôt apporter de l’engrais à petite dose à chaque arrosage. Cette méthode garantit que les plantes reçoivent un apport nutritionnel constant pour une croissance saine.

4. Le Mimétisme des conditions naturelles:

Dans la nature, les plantes ne sont pas constamment arrosées.Elles connaissent des périodes de sécheresse et de pluie, ce qui contribue à leur résilience. En laissant le terreau sécher légèrement entre les arrosages, nous pouvons recréer des conditions plus proches de celles que les plantes rencontreraient dans leur milieu naturel. Cette approche favorise une croissance plus robuste et une adaptation aux variations naturelles de l’humidité, contribuant ainsi à la santé globale de nos plantes d’intérieur.

 

Cependant, il est important de noter que la fréquence d’arrosage varie en fonction de nombreux facteurs, notamment le type de plante, le type de pot, la température ambiante, l’humidité relative et la saison. Par conséquent, il est essentiel d’observer attentivement votre plante et de surveiller le substrat pour déterminer le moment où il est nécessaire d’arroser à nouveau. En général, il est préférable d’arroser lorsque la couche supérieure du terreau est sèche au toucher, mais cela peut varier en fonction des besoins spécifiques de la plante. L’adaptation à ces variables individuelles garantit que chaque plante reçoit les soins appropriés pour prospérer.

 

La monstera est une plante qui résiste bien au séchage du terreau. Les autres plantes, telles que les Alocasias, les Colocasias, et les Bégonias, qui possèdent des racines extrêmement fines, ont besoin de maintenir leur terreau plus humide. Ces plantes, en raison de leurs racines délicates et sensibles, sont moins tolérantes au séchage excessif. Il est donc impératif de faire preuve de vigilance en évitant de les laisser trop sécher, car cela pourrait entraîner la perte de leurs petites racines radicelles, compromettant ainsi leur santé et leur croissance. Chaque plante a ses besoins spécifiques en matière d’arrosage, et il est essentiel de les comprendre pour assurer leur bien-être.

Comment rempoter sa Monstera Variegata?

Les racines d’un Philodendron Brandtianum

Les racines dun Alocasia Zebra

Les racines d’une Alocasia Zebra

On peut ajuster le niveau de séchage du terreau selon la forme de leurs racines et leurs besoins spécifiques. Par exemple : il y a un moment je perdais les vieilles feuilles de certains anthuriums. Pourtant ils font des nouvelles feuilles et les racines ont l’air saines. Finalement je me suis rendue compte qu’elles n’aiment pas que je laisse trop sécher leur terreau.  Je commence à les arroser quand le dessus du terreau est un peu sec. Le problème est résolu. 

 Parfois, certaines plantes peuvent manifester leurs préférences individuelles en ce qui concerne l’humidité du sol. En observant attentivement leurs réactions et en adaptant votre méthode d’arrosage, vous pouvez trouver une approche personnalisée de l’entretien des plantes garantit leur bien-être et leur épanouissement. Chaque plante a sa propre personnalité, et il est gratifiant de prendre le temps de les comprendre et de répondre à leurs besoins individuels pour assurer leur santé et leur beauté.

L’Arrosage de la Monstera Variegata :

En temps normal les Monsteras résistent bien au séchage du terreau, grâce à leurs racines robustes. Cependant, pour les Monsteras Variegata, la gestion de l’arrosage revêt une importance cruciale pour prévenir le risque de brunissement des feuilles.

Lorsque ma Monstera Variegata est bien blanche, je porte une attention particulière à l’arrosage. Le manque de chlorophylle les rend souvent plus sensibles aux excès d’humidité, et une surveillance minutieuse de la teneur en eau du substrat est nécessaire pour maintenir ses feuilles blanches et son charme distinctif.

1. Mesurer l’apport en luminosité.

Lorsque les conditions météorologiques ne sont pas en notre faveur, que ce soit en raison de journées successivement sombres ou de températures fraîches, il est essentiel de prêter une attention accrue au manque de luminosité. Dans de telles circonstances, le terreau a tendance à sécher moins rapidement. Un apport en lumière insuffisant peut ralentir le processus d’évaporation de l’eau du sol et d’évaporation par le feuillage, ce qui peut influencer la fréquence nécessaire d’arrosage. Il est important d’ajuster votre routine d’arrosage en fonction des conditions lumineuses changeantes pour répondre aux besoins de vos plantes en conséquence.

La durée et la densité de l’éclairage modifient aussi la vitesse de séchage du terreau. Avec l’arrivée très prochaine de l’hiver, les journées raccourcissent, et vos plantes tropicales seront exposées à moins de lumière. Cela signifie que le temps de photosynthèse sera réduit, ce qui peut entraîner un ralentissement de la croissance de la plante. Il est essentiel de garder à l’esprit que la Monstera ne connaît pas l’hiver dans son environnement naturel, et ses besoins en lumière restent élevés. Pour pallier ce manque de lumière en hiver, il peut être nécessaire de fournir un éclairage artificiel supplémentaire pour maintenir la santé et la croissance de votre Monstera.

Je n’ai pas réellement observé de différence de croissance entre mes Monsteras devant mes fenêtres plein sud et mes Monsteras sous lampes horticoles. Mes Monsteras situées devant les fenêtres reçoivent beaucoup de soleil en hiver dès qu’il fait beau, car le soleil est plus bas. Malgré la réduction de la durée des jours, la densité lumineuse reste très élevée, voire plus élevée qu’en été. La quantité d’énergie solaire qu’elles reçoivent équivaut à la densité lumineuse multipliée par la durée. Plus une plante reçoit de lumière, plus son métabolisme est actif, ce qui entraîne une évacuation d’eau plus importante, et donc un séchage plus rapide de son terreau. Le terme “photosynthèse” signifie tout simplement “synthèse par la lumière”.

Je ferai très prochainement un autre article spécialement sur leur besoin en lumière. 

2. Observer le cycle de séchage de votre Monstera Variegata

Il m’arrive souvent qu’on me demande combien de temps il faut pour ré-arroser la Monstera Variegata. 

Le délai entre deux arrosages est très variable et dépend de plusieurs facteurs, notamment la taille de la plante, la proportion entre la masse racinaire et le volume de terreau, l’intensité et la durée de l’éclairage. Plus la plante est exposée à une lumière prolongée ou intense, plus elle perd de l’eau par évapotranspiration à travers ses stomates, ce qui se traduit par un assèchement plus rapide de son terreau.

En résumé, la fréquence d’arrosage de la Monstera Variegata est influencée par des variables telles que la taille de la plante, la capacité du pot, l’éclairage et la durée de la lumière, ce qui rend difficile la définition d’un délai précis entre deux arrosages. Il est essentiel de surveiller attentivement la plante et le terreau pour déterminer le moment adéquat pour l’arrosage suivant.

Quand votre monstera fait vite ce cycle de séchage, la croissance de son système racinaire est rapide. C’est aussi pourquoi on dit souvent que les monsteras aiment les pots étroits et il ne faut pas augmenter trop la taille de son pot lors du rempotage. Cette recommandation s’applique généralement à la plupart des plantes d’intérieur.

Le cycle de séchage reste très variable selon chaque plante. J’ai des pots qui sont remplis de racines avec beaucoup de feuilles, leur cycle de séchage est souvent très court. En moins d’une semaine je suis obligée de ré-arroser. J’ai aussi des pots qui ont besoin d’être arrosés toutes les deux semaines environ.

Dont faites confiance à votre doigt. Voilà le règle d’or de deux phalanges.

Je place mon index dans le terreau, en enfonçant environ deux phalanges, et lorsque je ne sens plus d’humidité, je ré-arrose. On peut également évaluer le poids du pot, ou avec un pot transparent, cette observation sera plus facile.

Lorsque je mets une bouture en terreau, je choisis toujours un pot de taille minimale par rapport au volume de son système racinaire. C’est justement pour favoriser la rapidité du cycle de séchage et stimuler davantage le développement de ses racines. De plus, je la place souvent dans un cache-pot pour que l’humidité présente dans le cache-pot attire davantage les racines vers les parois. De même, lors du rempotage, une augmentation de maximum deux tailles est recommandée.

Effectivement, la maîtrise de l’arrosage est cruciale pour maintenir la belle variegation d’une Monstera Variegata. Une gestion appropriée de l’humidité du terreau permet de minimiser les risques de brunissement des feuilles et de maintenir l’esthétique de la plante. Une fois que vous avez acquis cette compétence, vous êtes sur la bonne voie pour réussir à préserver la splendeur de votre Monstera Variegata.

L’arrosage est le meilleur moyen de stimuler la croissance du son système racinaire. C’est aussi le moyen plus facile de stimuler la croissance globale de la plante. Un système racinaire qui se développe bien, votre plante pousse aussi bien. Pour une Monstera Variegata (small Form) cultivée dans des conditions optimales, il est raisonnable de s’attendre à une production d’une à deux feuilles par mois. Si votre Monstera Variegata ne parvient pas à atteindre ce rythme de croissance, il est judicieux d’examiner l’ensemble de ses conditions de culture, y compris l’éclairage, la température, l’humidité et la nutrition, pour identifier les facteurs qui pourraient entraver sa croissance. En ajustant ces paramètres, vous pouvez aider votre plante à s’épanouir de manière optimale.

Lien: L’entretien général de la Monstera Variegata

3. Arroser avec un geste doux qui insiste plus sur le contour du terreau

Lorsque j’arrose mes Monsteras à feuillage bien blanc, je veille à arroser doucement le terreau sur son pourtour tout en m’assurant que l’humidité se répartit uniformément. Ce geste vise à éviter que le sol atteigne une saturation de 100%, ce qui pourrait entraîner l’apparition de gouttelettes d’eau sur les feuilles après l’arrosage. J’ai déjà abordé ce phénomène de “Guttation” dans mes précédents tutoriels. Il s’agit d’un processus naturel observé chez de nombreuses plantes, témoignant du bon fonctionnement de leur système racinaire. Cependant, chez une Monstera Variegata, si la guttation persiste sur la partie blanche des feuilles, cela peut conduire à la translucidité et au brunissement immédiat de ces zones. Cela signifie que les parois cellulaires ont été endommagées.

Guttation d'une feuille de Monstera

Guttation d’un feuille de Monstera

Guttation d'une feuille de Monstera

Début de brunissement d’une feuille de Monstera

Hier, j’ai bouturé une Thaï Constellation. J’ai dépoté tout le terreau pour séparer, ou plutôt démêler, les racines. Le dessus du terreau était bien sec sur une profondeur d’environ deux phalanges, mais le cœur du terreau était encore bien humide. On peut constater que la partie centrale du terreau met plus de temps à sécher. Il n’est donc pas nécessaire de commencer l’arrosage par le milieu du terreau. Ainsi, il est recommandé de privilégier un arrosage qui insiste davantage sur le contour du terreau pour réduire le risque de sur-arrosage.

J’adopte la même approche pour l’arrosage après un rempotage. J’insiste sur la partie du terreau neuf ajoutée pour inciter les racines à pousser vers ce nouvel espace.

LIEN:  Tuto sur le Rempotage

Personnellement, je n’utilise pas la méthode de « bassinage » pour mes Monsteras Variegata. Malgré le fait que cette méthode convienne à de nombreuses plantes, je trouve que le terreau absorbe trop d’eau jusqu’à atteindre sa saturation.

Voilà, ce sont mes méthodes d’arrosage pour mes Monsteras Variegata. Elles sont basées sur mes propres pratiques et mes observations sur la croissance de mes plantes. C’est à chacun de tester et de trouver les méthodes qui conviennent le mieux à nos bébés végétaux !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La communauté des passionnés de plantes rares

Inscrivez-vous à notre newsletter

Rejoingnez notre mailing list pour recevoir les dernières news et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes inscrit(e)s!